Projection/Débat à Castelsarrasin: La bataille du rail

17991680_604653573063258_9017128113617988979_o

La fédération Tarn et Garonne du Parti communiste français a organisé mercredi soir une projection suivi d’un débat sur le thème du service public et du fret ferroviaire. En présence de syndicalistes et de militants politiques, une cinquantaine de personnes ont pu visionner le film « Transports de marchandises: changeons d’ère! » du réalisateur Gilles Balbastre.

Le documentaire démontre, une heure durant, comment la libéralisation de l’économie et la dérégulation des marchés ont progressivement conduit à une véritable “casse du fret ferroviaire”, et notamment la fermeture de bon nombre de bases de triage. “Le routier ne devait servir qu’au dernier kilomètre” expliquait un cheminot dans le film, démontrant les effets des nombreuses restructurations de la SNCF pour faire face à la dérégulation.

Mais les enjeux ne sont pas que financiers, et “il n’y a pas que les comptes de l’entreprise qui ont leur importance, l’élément écologique fait que d’autres acteurs que la SNCF sont parties prenantes”. Un problème qui mériterait donc que l’État le considère plus sérieusement. C’est un avis engagé de la part des cheminots qu’était donc venu porter Thomas Portes, animateur national de la bataille du rail au sein du Parti communiste. “Notre objectif est de tracer la carte ferroviaire pour les 30 prochaines années” expliquait celui-ci en présentant la campagne “La Bataille du Rail”, lancé par le PCF en février dernier.

Une bataille politique…

Une campagne qui a pour but, avant tout, de sensibiliser autour de cette question du fret ferroviaire. “Il n’y a jamais eu d’actions fortes sans mouvement social fort” insistait Thomas Portes. Mais le délégué syndical de la SNCF était aussi présent en soutien aux candidats PCF/ Front de Gauche du Tarn et Garonne. “Les questions de l’écologie et de la pollution routière sont à même d’interpeller le débat public” expliquait-il. Pour lesquels “nous aurons besoin d’élus prêt à se battre”, faisant référence aux problème de pollution routière ainsi qu’aux élections législatives du mois de juin.

…et citoyenne

La problématique est en fait très localisée puisque “de nombreuses entreprises seraient prêtes à s’installer dans le Tarn et Garonne en achetant du ferroviaire” ajoutait M. Portes. “Mais la SNCF refuse systématiquement faute de moyens”. Sur la ligne céréalière Castelsarrasin-Beaumont, un investissement de 3,8 million d’euros avait été fait en 2012, 17 000 traverses, seulement pour voir la ligne abandonnée depuis. Une “incohérence politique”, que ne manquaient pas de rappeler Rodolphe Portoles et Françoise Tardin, candidats PCF/ Front de Gauche aux élections législatives. De même, “les stratégies de l’État et de la SNCF par rapport à l’écologie ne sont pas cohérentes, et vont même à l’encontre des engagements pris lors de la COP 21” précisait Rodolphe Portoles. La libéralisation des services publics est “un choix de société” qui appelle à une “bataille politique essentielle, mais aussi citoyenne” terminait l’élu montalbanais avant de clore la soirée..