Occitanie. Bilan mi-mandat des élus régionaux

28954351_998654220303265_9116184939178639365_o

L’une des treize réunions des élus communistes et apparentés du groupe Nouveau Monde de la région Occitanie, programmées sur deux mois dans toute la région, s’est tenue jeudi 15 mars à la maison du peuple de Montauban. Une soixantaine de personnes ont répondu à cette invitation à venir échanger et débattre.

Un feuillet de 4 pages reprenant objectifs et réalisations sur les «deux ans d’action au sein du Conseil Régional de La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée fut remis à tous les participants, démontrant avec force l’engagement des élus à «faire avec vous», les citoyens.

Marie Piqué, en charge des solidarités a évoqué le problème récurrent des déserts médicaux en milieu rural, et le projet de création de centres de santé avec des médecins salariés dans lesquels l’accompagnement financier de la Région est plus important que pour les maisons de santé libérales. Il n’y avait aucun centre de santé en Occitanie en 2016 ! Cinq sont aujourd’hui en route dont trois dans le Lot.

Serge Regourd, président de la commission culture, est revenu sur le pilotage de la fusion des deux agences régionale du livre. Une harmonisation qui s’est faite « par le haut », intégrant des avancées notables pour les personnels régionaux tout en sensibilisant aux exigences de l’argent public. Côté finances, l’élu s’est satisfait que le budget culture ait connu « la meilleure progression », avec près de 2 millions d’euro d’augmentation en fonctionnement et 8 en investissement.

Sujet d’actualité brûlant du moment, il fut aussi longuement question du dossier ferroviaire, notamment la convention TER 2018 – 2025 présentée en assemblée plénière le 23 mars. A contrario d’un certain nombre de Régions, « cette convention développe de manière significative », dès 2019, les dessertes ferroviaires en Occitanie avec une augmentation nette de l’offre de 11 %, a expliqué le vice-président aux transports Jean-luc Gibelin, démontrant la volonté de la Région d’augmenter et de diversifier l’offre ferroviaire régionale, de renforcer l’attractivité du réseau, et de permettre le maintien à l’équilibre des emplois opérationnels en région.