Congrès des centres de santé. Pour un service public de santé de proximité

IMG_5210.JPG

Le 59e congrès des centres de santé s’est tenu ce week-end à Paris. La région Occitanie a reçu le Prix Jean François Rey pour son soutien déterminé aux centres de santé publics.

Dans son intervention après la remise du prix, Marie Piqué, qui représentait la région, a rappelé deux points. Tout d’abord, « que la Région Occitanie est engagée de longue date dans la lutte contre la désertification médicale, et soutient partout sur le territoire, à la fois les projets de maisons et de centres de santé ». « Forte d’une volonté d’inciter au développement d’un service public de santé de proximité en capacité de mailler l’ensemble du territoire, la majorité régionale a fait le choix d’une politique incitative en faveur des collectivités qui s’engage sur des projets de centres de santé publics », a insisté l’élue communiste. Pour elle, c’est avant tout « un choix politique fort », « un engagement » pour le service public et l’égalité d’accès aux soins qui caractérise l’action régionale.

Elle a rappelé ensuite, « qu’il est important de dire que l’accès aux soins ne devrait pas dépendre seulement des politiques de santé, mais aussi des politiques d’aménagement du territoire ». Un élément « fondamental  qui doit porter notre intérêt sur les centres de santé ». Ils représentent une solution « efficace » d’aménagement du territoire, « portée par les territoires », a martelé la vice-présidente, en écho au slogan de la présidente Carole Delga, « la république du 21e siècle, c’est la république des territoires ». Cependant, les collectivités ne peuvent se substituer à l’État, dont les politiques de santé sont toujours plus centralisées et en incapacité de résoudre le problème des déserts médicaux. Effectivement, la santé de proximité dans nos territoires ne peut pas être pensée depuis Paris.

« Nous, élus et collectivités locales », en terminait la vice-présidente, « sommes les plus à même de porter de véritables solutions en termes d’aménagement du territoire et d’égalité d’accès aux soins de premier recours, pour autant nous souhaiterions un engagement plus fort de l’État pour les hôpitaux de proximité et la protection sociale dans son ensemble ».

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.