Castelsarrasin | Hausse des prix du carburant, l’extrême droite aux aguets

energy-automotive-fuels-refueling-gasoline-22138

Depuis plusieurs jours, un appel à bloquer le pays contre la hausse du prix de l’essence le 17 novembre circule sur les réseaux sociaux. Un événement Facebook a été créé pour l’occasion et la vidéo virale du secrétaire départemental de Debout la France en Tarn et Garonne a passé les 4 millions de vues. Un homme fier de Renaud Camus, Marine Le Pen, Philippe de Villiers… qui se dit de la « patriosphère » et qui relaie sur le net les positions politiques les plus réactionnaires.

Derrière cette vidéo, il y a une extrême droite opportuniste dont le souci n’est ni la défense des intérêts des travailleurs, ni les politiques d’aménagement du territoire, ni l’écologie. Nous devons tous refuser de relayer ces messages et vidéos, et informer le plus grand nombre de leur origine et de la manipulation qu’ils constituent.

Capture
Crédit: L’Humanité.

Ne nous laissons pas abuser ! Où étaient ils le 9 octobre ? Où étaient ils au moment des luttes contre la casse du code du travail , du service public, de notre système de protection sociale et des retraites ? Où sont ils quand nous luttons pour une augmentation des salaires, pensions et minimas sociaux, la reconquête de notre industrie, un service public de qualité, le plein emploi ? Etc …

Leurs propositions politiques ne visent qu’à nous opposer les uns aux autres, et ne vont jamais contre les intérêts des actionnaires et du grand patronat. Plutôt que de pointer les enjeux tels que l’évasion fiscale et le partage des richesses, ils préfèrent opposer les travailleurs aux chômeurs, aux immigrés, et même aux handicapés !

humacarbu
Extrait de l’article du journal l’Humanité traitant du sujet de la hausse du prix du carburant.

Ni hier, ni aujourd’hui, ni demain les fachos ne se battront pour le progrès social, l’émancipation humaine ou la transformation de la société. Alors oui, la hausse des carburants est inadmissible et la colère des citoyens légitime, mais ne cédons pas aux sirènes populistes de l’extrême droite qui n’a jamais défendu l’intérêt ni des travailleurs, ni des classes populaires. Le fascisme, ça commence par ce genre d’appel populistes et l’instrumentalisation de la colère citoyenne, ça finit par le bruit des bottes comme au Brésil.

Lutter pour le progrès social, le pouvoir d’achat et l’environnement, oui. Servir la soupe à la vindicte populiste de l’extrême droite, non.