Tarn et Garonne. Policier syndicaliste retraité, il lance un appel aux forces de l’ordre

text placeholder

La crise des gilets jaunes dure déjà depuis 10 semaines. D’une violence et d’une répression inédite, la manière dont la mission de maintien de l’ordre est assurée par l’Etat pose de plus en plus de questions. Plus d’une dizaine de morts, de blessés, de mains arrachées… C’est dans ce contexte brûlant que Christian Garcia, policier retraité et militant communiste du Tarn et Garonne, a lancé un appel aux CRS dans une vidéo sur Facebook. Un appel largement relayé puisque la vidéo a dépassé les 250 000 vues. Entretien avec Christian Garcia.

J.S: Christian, tu as lancé un appel aux forces de l’ordre, à “tes anciens collègues”. Qu’est-ce qui t’a poussé à sortir du silence ?

Christian Garcia: Retraité de la police, j’observe avec horreur la folie de ce moment, qui dure depuis de nombreuses semaines. Durant mes 30 ans de vie professionnelle, j’ai agi avec conscience avec en tête les valeurs de la République, attaché que je suis aux droits de l’homme. Je n’ai eu de cesse de faire honneur à l’article XII de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui rappelle : « que la garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique. Cette force est instituée pour l’avantage de tous et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée ».

J.S: Et donc, qu’est-ce qui diffère cette fois ? Les forces de l’ordre ne sont elles plus “la garantie des droits de l’homme et du citoyen” ?

C.G: Aujourd’hui, il ne m’est plus possible de me taire car une déchirure s’opère sous nos yeux entre notre peuple et sa police, avec des ordres de gouvernements qui prônent la répression. En 2015, nous étions tous « Charlie », et en 2019, les actions de maintien de l’ordre ressemblent à de véritables attaques contre des femmes, des hommes, des jeunes et des anciens à coup de matraques, de gaz, de grenades… Cette folie n’est pas digne de notre démocratie !

J.S: et donc, quel est le message que tu envoi aux forces de l’ordre ?

C.G: J’en appelle à mes anciens collègues, à leurs hiérarchies, à celles et ceux syndiqués qui ont encore le sens de la République pour que cesse le massacre des innocents. Il n’est plus possible de voir ces mains déchiquetées, ces visages tuméfiés, ses centaines de blessés en 2 mois qui font de ce mouvement le plus violent de ces dernières années. Ou sont les valeurs d’une police qui prévient, protège le peuple et donc la démocratie ?

J’en appelle à mes anciens collègues, à leurs familles et leurs amis, à tous les progressistes à se rassembler pour faire cesser cette répression indigne d’un XXIème siècle et de notre société. Oui ordre doit rester à la loi mais cela ne peut être la loi du plus fort ! Quand allez-vous refuser de faire de notre peuple votre ennemi ?

J.S: Une dernière remarque ?

C.G: J’ai milité et je milite encore pour une autre société, plus juste, plus humaine, plus sociale, plus démocratique et plus écologique et je ne vais pas baisser les bras, encore moins maintenant que hier. Militant de la paix et du respect de l’humain, je continuerai autant que j’en aurais l’intelligence et la force. Je vous invite à me rejoindre dans ce combat comme dans tant d’autres.