Tarn et Garonne. Revue de presse du 11 mars 2019

Add a heading (1)

Mésaventures industrielle à Golfech, La Dépêche. Agressions sexuelles au PCF 31, La Dépêche. Ouverture des grandes surfaces le dimanche, France 3. Les contributions de LREM au Grand Débat, l’Humanité. Secousses au conseil départemental, Tarn et Garonne. 

Un « incident survenu sur une partie non nucléaire du site de Golfech », nous relate La Dépêche ce matin au sujet de la « fuite » de 200 m3 d’eau contenant une quantité non-négligeable de produits chimiques dont la morpholine, qui a eu lieu ce week-end. Plus qu’à espérer que « le rejet n’est pas dangereux » comme l’affirme le quotidien…

Les affaires d’agressions qui secouent actuellement le parti communiste font des vagues jusqu’en Haute-Garonne. Toujours dans La Dépêche, une femme accuse les dirigeants d’avoir étouffé des affaires. Ceux-ci ont rapidement communiqué un démenti.

Le patronat de la grande distribution du Tarn et Garonne n’en finit plus de gagner des avancées. Un reportage de France 3 revient sur l’ouverture de deux géants qui ont ouvert leurs portes pour la 1ère fois ce dimanche matin. Une première qui a fait vivement réagir le conseiller municipal communiste montalbanais Rodolphe Portolès. « Pour des millions de travailleurs, l’extension du travail du dimanche peut avoir des conséquences immédiates graves sur la famille, le rythme de vie », a-t-il notamment réagi dans un billet de blog très critique à l’encontre du patronat.

La République en marche a dévoilé ce dimanche à Chartres (Eure-et-Loir) sa contribution au grand débat national. Des mesures qui sentent « l’effet d’annonce » peut-on lire dans l’Humanité. Notamment sur la revalorisations des retraites en les ré-indexant sur l’inflation et des propositions de « lois citoyennes ». Deux annonces qui ont fait réagir la député Valérie Rabault. La présidente du groupe socialiste à l’assemblée a souligné le double langage dans une publication sur Facebook en rappelant que ces mesures ont déjà été proposées dans des projets de lois qui ont été rejetés par les députés de la majorité.

La tempête ne semble plus finir pour le président du département Christian Astruc suite à la 1ère assemblée de l’année. Les débats d’orientations budgétaires et « l’immobilisme » de la majorité ont suscité de nombreuses réactions. Le PCF 82 a communiqué le jour même pour pointer « un manque d’orientation inquiétant pour le Tarn et Garonne », s’inquiétant notamment de la non prise en compte des enjeux sociaux du département. La Dépêche y revient plusieurs fois dans ses colonnes, notamment dans les « indiscrétions » du dimanche qui reprennent un à un les point qui ont suscité le plus de débats lors de la séance. Malgré une communication soignée du président et deux communiqués ce week-end, les débats sont restés enflammés, notamment sur le sujet de la colo de Mimizan, et se sont poursuivis jusque sur Facebook entre membres de la majorité et conseillers départementaux de l’opposition.