Transports Occitanie. Jean Luc Gibelin dénonce les embûches de la SNCF

 

gibelin2
Crédit photo: Midi Libre

C’est un coup de colère, mais quelque part aussi une manière de sonner l’alerte. Dans un billet sur son blog le vice président aux transports de la Région Occitanie dénonce le “sabotage” organisé par l’Etat et la SNCF. Dans un texte de plusieurs pages, le vice-président Jean-Luc Gibelin accuse directement la SNCF: “Il apparaît clairement, que la direction de SNCF Réseau sème d’embûches les parcours de nos TER, et par là même les déplacements quotidiens des habitantes et habitants de nos territoires”. Pour lui, la SNCF joue de sa position d’opérateur historique pour contrer la volonté de maintenir un réseaux régional public. Attachée aux valeurs du service public, la majorité régionale a fait le choix politique de maintenir la SNCF comme partenaire.

“Si nous rencontrions avec un opérateur routier de telles difficultés à faire appliquer une convention, nous serions amenés à très rapidement la dénoncer”, tranche Jean-Luc Gibelin sur son blog. En effet, les résultats de la mise en œuvre de la convention, un an après, sont bien en deçà des engagements pris, “la direction de la SNCF ne respecte pas sa signature” insiste l’élu gardois. Une situation qui a des répercussions en chaîne, par exemple sur la question de la mise en accessibilité des gares et des trains qui prend beaucoup de retard. “C’est insupportable pour les personnes en situation de handicap”, colère Jean-Luc Gibelin. Ce sont “des années d’économies sur le dos des contribuables par l’État” rappelle l’élu communiste, en insistant que l’Etat est pourtant “l’unique donneur d’ordre de SNCF”. Un véritable démantèlement organisé, entraînant “des années de retard dans le traitement de problèmes récurrents sur les voies et les équipements de signalisation”. Rien d’étonnant dans ce contexte de nous retrouver avec des infrastructures “tellement dégradées que nos trains n’ont plus le droit de circuler”, et cela d’après le  propriétaire des voies, SNCF Réseau, insiste par ailleurs le vice-président.

De son côté, la présidente de région Carole Delga est tout aussi engagée dans ce bras de fer. Elle dénonçait encore aujourd’hui sur Twitter, Retards records, trains annulés, gares closes, infrastructures en fin de vie : les usagers de la SNCF trinquent alors que la Région investit fortement à la place de l’Etat. Il faut redonner à notre Service Public ferroviaire une ambition et un avenir !”