Transports. Installation du comité départemental des mobilités en Tarn et Garonne

54436052_1457694624361834_3368218975358943232_o

Jean-Luc Gibelin, vice-président de la région Occitanie en charge des infrastructures et des mobilités, a installé le comité départemental des mobilités du Tarn et Garonne, présidé par Dominique Salomon, lundi 18 mars, à la maison de Région de Montauban.

Après avoir déployé LIO, le nouveau service public de transports, la région Occitanie poursuit son plan d’actions pour des transports de proximité, innovants et adaptés aux attentes des usagers. Suite aux états généraux du rail et de l’intermodalité, la région a décidé de prolonger cette démarche participative afin de faire coller les décisions, en matière de mobilités, avec les attentes des usagers. Elle a donc décidé la création de comités départementaux des mobilités. En Tarn et Garonne, cette instance sera présidée par Dominique Salomon, vice-présidente de la région. Jean-Luc Gibelin, vice-président en charge des infrastructures et des mobilités a présenté, le 18 mars dernier, le rôle et le fonctionnement de ces comités départementaux des mobilités. Ils regroupent des collectifs d’usagers, des associations impliquées dans les questions de mobilités, des entreprises et opérateurs de transports, des acteurs institutionnels (départements, région, agglomérations…).

Organe d’évaluation

«Le comité départemental sera d’abord le lieu où l’on va exprimer les besoins de mobilité sur un territoire. Ce sera aussi le lieu où l’on va présenter les réponses apportées par la région et les opérateurs en matière de transports et notamment informer sur les projets en cours et à venir. Et troisièmement, et c’est le plus important, les comités départementaux des mobilités vont évaluer et vérifier que les solutions de services apportées que l’on a imaginés, quand on les met en service, correspondent réellement, ou pas, aux attentes des usagers», a expliqué Jean-Luc Gibelin. Les comités départementaux se réuniront deux fois par an et seront composés de trois commissions : transports scolaires, plan vélo et ferroviaire. Interrogé sur le sujet, le vice-président de la région est revenu sur la question de l’intermodalité, rappelant que “ce qui compte, c’est que les offres soient interconnectées pour que l’on ait la possibilité de transport, une vraie possibilité de mobilité”.

Interpellé sur l’avenir du FRET dans le département, Jean-Luc Gibelin a indiqué que même si ce n’est pas une compétence région, “nous y sommes très attentifs et nous ne pouvons pas rester dans cette situation en Occitanie avec un flot de camions qui asphyxient les routes”. Ce sera “peut-être un enjeu à pousser dans ce CDM”, a-t-il ajouté sur le sujet. S’agissant de la ligne Moissac – Lafrançaise – Montauban, “il y avait cette deuxième ligne en construction qui a été perturbée par l’éboulement de la départementale”, a expliqué Jean-Franck Cornac, directeur aux mobilité à la Région, avant d’indiquer, “la ligne est prête et en service mais elle est découpée. Nous communiquerons dessus quand la voirie aura été remise en état”. Le dernier mot revenait à Dominique Salomon qui animera les prochains comités, “ces CDM devront déboucher rapidement sur des actions concrètes”, avant de conclure, “en termes de calendrier, nous fixerons avant l’été de convenir d’une nouvelle réunion”.