Montauban. Ces hommes et femmes que Brigitte Barèges veut renvoyer à la rue

59722079_3224831507542645_964241684328087552_o
Crédit photos: Patricia Huchot-Boissier

“La Ville de Montauban vient d’engager une procédure d’expulsion contre les occupants, sans droit ni titre, qui se sont installés sans autorisation dans le bâtiment de la Maison du peuple dimanche dernier”, a-t-on appris aujourd’hui dans un communiqué choc de la mairie de Montauban.

Alors que la solidarité locale s’est organisée pour venir en aide aux familles jetées à la rue par le préfet le 30 avril dernier, la maire de Montauban Brigitte Barèges a décidé de leur tourner le dos et de saisir la justice. Le réseau d’éducation sans frontière 82 ainsi que d’autres organisations politiques et syndicales, après avoir manifesté en vain devant la Préfecture, ont décidé de mettre ces familles à l’abris dans la maison du peuple, salle municipale utilisée par le secteur associatif local. Un réflexe humain et solidaire de trop pour la maire de Montauban qui accuse les associations de pas avoir sollicité ”la moindre autorisation”. “Il s’agit d’une voie de fait que la commune est fondée à voir sanctionner, au besoin sous astreinte”, ajoute-t-elle dans son communiqué.

Elle tente par la suite de se justifier en prétextant “que ces locaux ne sont pas adaptés”, que c’est une “question d’hygiène et de salubrité” qui l’inquiète. Un inquiétude dont on peut sincèrement douter alors qu’elle s’apprête à jeter des enfants à la rue. Se targuant que “ le juge des référés administratif a fixé l’audience au 17 mai ”, elle enfonce le clou dans ce style ignoble qui lui est propre en mentionnant qu’elle a aussi demander au Préfet “de vérifier la régularité des titres de séjour des occupants, dont la plupart sont Albanais et devraient donc être reconduits à la frontière”. L’extrême droite n’en demandait pas tant !

C’est une honte !

dzhsurqx4aa8wka
Les conseillers municipaux Jeannine Meignan et Rodolphe Portolès

La réponse ne s’est pas fait attendre, notamment par ses opposants politiques les plus fervents, les conseillers municipaux Jeannine Meignan et Rodolphe Portolès qui ont répondu dans un communiqué au nom du groupe d’opposition Montauban Citoyenne. “Alors que Mme Barèges aurait pu s’honorer de proposer des solutions pour se substituer à l’État défaillant, comme le font beaucoup d’autres maires, elle décide au contraire d’engager une procédure d’expulsion qui vise des enfants, des femmes, des familles… C’est une honte!” ont insisté les 2 élus avant de poursuivre:

“Inutile de se prévaloir de défendre les femmes, d’être « ville amie des enfants », lorsqu’on n’hésite pas à jeter à la rue sous la contrainte des enfants qui doivent continuer d’aller à l’école, des femmes y compris enceintes, des personnes âgées… Ces personnes sont demandeuses d’asile, et ce n’est certainement pas de la compétence de Mme la maire de décider la reconduite à la frontière de tel ou telle, alors qu’elles sont en situation régulière.

Nous attendons que leurs droits soient respectés. Quelles que soient les menaces, l’association Montauban Citoyenne et ses élus continueront à porter assistance à ces personnes parmi les plus précaires. C’est un devoir d’humanité, tout simplement”.