Conseil départemental. Le compte n’y est pas pour l’opposition

IMG_20190626_0951188

Les conseillers départementaux se sont réunis en assemblée plénière ce 26 juin pour voter le compte administratif 2018. Une séance qui a fait apparaître plusieurs points sensibles et a vu les élues socialistes et apparentés de l’opposition voter contre.

Quelques 41 millions d’euros sont restés dans les caisses du département fin 2018, “alors que les crédits alloués à la voirie, aux collèges et aux investissements des communes sont à la peine”, se sont  indignées Cathie Bourdoncle et Dominique Sardeing Rodriguez avant d’ajouter, “l’argent des Tarn et Garonnais doit être dépensé à leur profit, pas dormir en banque”.

Sur le plan social, les élues ont dénoncé “l’inégalité qui se fait jour entre les agents du conseil départemental qui vont bénéficier d’une prime et ceux qui en seront privés”, pointant l’incohérence entre la rigueur du Président Astruc et le recours accru aux contractuels, avec la notion de service public.

Autre sujet, l’alimentation dans les collèges. Les élues socialistes ont pointé le manque d’ambition de la majorité sur “l’harmonisation entre les 17 collèges du département”, pour une égalité d’accès à des produits locaux et de qualité, à l’image du plan régional “alimentation” lancé dans les lycées par la présidente Delga.

Enfin, le président Astruc a rappelé sa proximité avec Macron en refusant le dépôt d’une motion qui invitait les Tarn-et-Garonnais à signer la demande de référendum d’initiative partagée sur la privatisation d’Aéroport de Paris. “Une initiative prise dans de nombreux départements”, a déploré l’opposition.