Perpignan – Rungis. Le PCF aux côtés de la région et des syndicats

69268466_2399633656798749_1990253678501560320_n.jpg

« L’Amazonie brûle, mais le Train des Primeurs aussi !  » C’est avec ces mots lourds de sens que le secrétaire national du parti communiste Fabien Roussel s’est exprimé ce mercredi à la presse alors qu’il était en visite à Perpignan pour dénoncer la suppression de la ligne de fret qui relie le marché Saint Charles au marché gare de Rungis.

« On ne peut pas s’alarmer devant le monde entier que la forêt amazonienne brûle et en même temps liquider une ligne de fret qui va entraîner l’arrivée de milliers de camions sur les routes », s’est indigné le député du Nord en référence à la communication du Président Macron lors du G7 qui s’est tenu à Biarritz. A terme, la suppression de cette ligne pourrait entraîner l’arrivée de plus de 20 000 camions sur les routes pour acheminer fruits et légumes en région parisienne. « Les wagons peuvent encore rouler pour 2 ans, a expliqué le vice-président aux transports Jean-Luc Gibelin. Il faut les remettre sur les rails pour se donner le temps d’une réflexion plus profonde et trouver une solution sur le long terme ».

En attendant, la ligne est fermée depuis le mois de juin, avec réouverture envisagée en novembre, le temps que la SNCF remette en état les wagons, actuellement entreposés à Nîmes. Fabien Roussel doit rencontrer la ministre des transports à la rentrée pour lui faire part notamment des propositions du PCF pour le maintien de ce train. Les communistes appellent d’ors et déjà à poursuivre la mobilisation avec les usagers et syndicats pour empêcher cette catastrophe sociale et écologique.

Train des Primeurs. Visite à Perpignan du secrétaire national du PCF Fabien Roussel