Centres de santé. « Au moment de passer à l’action, la main du gouvernement tremble ! »

maxresdefault
Le Dr Eric May, Président de l’USMCS

“Pour l’Union Syndicale des Médecins de Centres de Santé, les choses sont claires: Non à l’exclusion des centres de santé hors d’IPEP (Incitation à une Prise en charge Partagée – NDLR) !” C’est par ces mots que c’est exprimé ce matin l’Union Syndicale des Médecins en Centres de Santé (USMCS) dans un communiqué de presse pour dénoncer l’ambition du gouvernement “de bloquer le renouveau des centres de santé pluri professionnels”.

“Oui à l’égalité de traitement des Centres de santé avec les autres structures ! Oui au nouveau modèle économique pour les soins de ville et les centres de santé dans les territoires ainsi qu’aux chantiers de refondation de notre système de santé”, insistent les médecins du syndicat.

Dès le début du mandat, le président Macron et son gouvernement ont lancé les chantiers Ma Santé 2022. L’objectif était clair, rénover notre système de santé. A l’époque, les médecins membres de l’USMCS saluaient même un certain volontarisme “qui succédait à plusieurs décennies de politiques pusillanimes voire nocives”.

Pour rappel, les chantiers gouvernementaux Ma Santé 2022 envisageaient entre autres “de doubler le nombre de centres de santé pour attirer les médecins là où on a besoin d’eux”, “de fluidifier les parcours des patients entre la ville et l’hôpital en faisant entrer le médecin traitant à l’hôpital”, et aussi de “s’attaquer aux gaspillages et améliorer la pertinence des soins”, en finir avec “les tarifications toxiques, le paiement à l’acte en ville, la T2A à l’hôpital”. Bref, à la clé était promis un nouveau modèle économique pour les centres de santé, “agile et efficace, léger pour les finances publiques des départements et des communes”.

Seulement, d’après le communiqué de l’USMCS, “au moment de passer à l’action et de soutenir les forces vives des centres de santé, la main du gouvernement tremble”. Le syndicat dénonce notamment la décision du Ministère et de la CNAM de ne pas inclure les médicaments, la biologie et les soins dentaires dans l’expérimentation nationale PEPS de paiement en équipe, un nouveau système censé remplacer le paiement à l’acte par des forfaits incluant tous les soins courants pour mieux prendre en charge les maladies chroniques. Ils dénoncent également “un arrêté ministériel en préparation” qui viserait à exclure le groupement Epidaure CDS de 10 centres de santé d’Ile-de-France (Nanterre, Gennevilliers, Malakoff, La Courneuve, Champigny, Paris) du paiement complémentaire récompensant la qualité des soins (expérimentation nationale IPEP).


Pour aller plus loin sur ce sujet:

*Déserts médicaux. Pour des politiques d’aménagement du territoire ambitieuses

*Congrès des centres de santé. Pour un service public de santé de proximité

*Déserts médicaux. Centres de santé publics ou mutualistes ?

*Castelsarrasin, Tarn et Garonne. Les centres de santé publics, la solution aux déserts médicaux?

 

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.