Défense du CHIC. Les services publics, c’est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas !

IMG_20191202_1846192

Le comité de défense de l’hôpital de Moissac a tenu ce soir une réunion publique pour alerter sur les dangers qui pèsent sur cette structure. Comme je le mentionnais la semaine dernière, par delà les réunions publiques, belles démonstrations du soutien de la population, que faire après ?

Voici, ci-dessous, l’intégralité de ma prise de parole lors de cette réunion, pour rappeler notamment que ce sont bien les politiques du président Macron qui imposent l’austérité à notre service public hospitalier:

Bonsoir à toutes et tous,

Je tiens tout d’abord à rendre hommage aux infirmières et personnels soignants des hôpitaux de Montauban et de Moissac pour la lutte exemplaire qu’ils mènent depuis des mois.

Les personnels demandent tout simplement des moyens pour pouvoir exercer leur métier dans les meilleures conditions possibles. Récemment, le ministère leur a répondu, avec un arsenal de mesurettes clairement insuffisantes et très décevantes.

Pour l’heure le gouvernement continu de jouer la sourde oreille, et refuse toute remise en question du système de financement des hôpitaux et de la santé en général. Il refuse jusqu’à présent de considérer de nouveaux recrutements, de revaloriser les salaires tout comme de renforcer les moyens financiers des établissements, malheureusement souvent pris à la gorge. Pire, il continue de creuser les déficits pour maintenir la pression et imposer l’austérité à l’hôpital public.

Il faut en finir une fois pour toute avec les logiques de marchandisation de la santé que veut nous imposer ce gouvernement ! Notre santé n’est pas à vendre ! Rappelons le !

Vous l’aurez compris, la défense des services publics, qu’ils soient de santé, d’éducation, tout comme des impôts relève d’un enjeu hautement politique !

Les services publics, c’est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas ! C’est cette solidarité qui permet l’égalité des droits entre tous les citoyens, qu’ils soient riches ou pauvres !

Qu’on ne s’y trompe pas, ce sont bien les politiques d’asphyxie des services publics, notamment des hôpitaux, qui au nom d’économies budgétaires, mettent à mal nos services de santé.

C’est un choix politique fort de dire qu’on souhaite préserver et développer les services publics au nom de l’égalité de tous les citoyens. Un choix que refuse de faire ce gouvernement.  Il a été beaucoup plus prompt à supprimer l’impôt sur la fortune et sanctuariser les dividendes des actionnaires !

Voilà donc le contexte dans lequel nous sommes, et auquel doit faire face le comité de défense du CHIC. La semaine dernière, une personne du public demandait à juste titre: que fait-on après ces réunions publiques ? Nous savons qu’elles ne sont qu’une étape, et qu’elles appellent à d’autres actions. Mais si nous voulons faire plier le gouvernement, il serait peut-être opportun d’avoir une orientation claire, et peut-être pourrions-nous commencer par avoir une expression forte en dénonçant les politiques d’austérité que nous impose le président Macron et ses supplétifs dans le département.

J’en terminerai sur ces propos, mais il me semble que ce serait aussi un bel échos au combat légitime que mènent les soignants depuis des mois et pour lequel ils sont souvent bien seuls.

Merci de m’avoir écouté.

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.