Marie Piqué: “Les centres de santé permettent d’apporter plusieurs niveaux de réponse »

lavelanet

La vice-présidente de région Marie Piqué était à Lavelenet pour inaugurer le 1er centre de santé public en Arièges, nommé Ambroise Croizat, du nom de l’illustre ministre communiste qui créa la sécurité sociale. D’emblée l’élue communiste lotoise a planté le décors. “Le modèle libéral de la médecine générale et son organisation dans les territoires sont à bout de souffle”. Preuve en est de l’avancée rapide des déserts médicaux. “L’actualité nous le rappelle tous les jours, l’hôpital public est à bout lui aussi” a-t-elle insisté. L’austérité financière qu’on lui impose depuis des années participe d’autant plus à cette montée des déserts médicaux.

Pour M. Piqué, face aux difficultés des structures libérales, “les centres de santé permettent d’apporter plusieurs niveaux de réponse en adéquation avec les besoins du territoire, des populations et des professionnels”. Sur un ton plus politique, elle insisté également, “qu’à la libération, c’est bien dans une démarche constructive, rassemblant des hommes et des femmes de tous les horizons politiques, que s’était engagé le gouvernement, avec le souci d’établir une fois pour toutes, l’égalité d’accès aux soins pour tous”.

Et 75 ans plus tard, “c’est la même démarche qui nous anime” a-t-elle martelé. Dans un contexte de montée inquiétante des déserts médicaux et d’explosion de la précarité, “beaucoup de nos concitoyens ne se soigne plus, ou mal”, a rappelé la conseillère régionale avant de conclure: “les services publics, c’est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas ! Le centre de santé public, c’est la garantie de l’accès à un médecin pour ceux qui n’en ont plus !”


Pour aller plus loin, découvrez d’autres articles sur le sujet des centres de santé publics: