Gratuité des transports en Occitanie: “la solidarité est une valeur forte”

870x489_trains_en_gare_illustration_sm

“Nous devons faciliter la vie de ces salariés qui prennent des risques pour tous leurs concitoyens au quotidien, et accorder au plus vite la gratuité des transports”, déclarait Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, dans un communiqué ce week-end. Partout dans le pays, des initiatives se multiplient pour faciliter le transport des personnels soignants. A Paris la RATP a ouvert des lignes gratuites, sur la métropole Toulousaine, tous les transports en commun Tisséo sont gratuits depuis le 20 mars. Le sujet de la gratuité des transports qui s’était immiscé dans les débats lors des municipales, notamment à Montauban, devient désormais une évidence.

“Nous travaillons, avec la SNCF et nos services de transports liO, à aider au mieux ceux qui ont l’impérieuse nécessité de se déplacer, en première ligne les personnels de santé évidemment, mais je pense aussi à tous ceux qui contribuent au fonctionnement de notre pays”, a déclaré récemment Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, avant de lancer le dispositif Écouter, accompagner, rembourser en partenariat avec la SNCF.

La Région et la SNCF proposent l’envoi de titres de transport ou un remboursement pour tous ceux “ayant l’obligation de se déplacer, notamment les personnels soignants et les salariés travaillant dans des secteurs essentiels de l’économie”. Par ailleurs, la Région met en place des mesures commerciales pour les abonnés du réseau liO TER Occitanie, ainsi qu’un dispositif avec un numéro d’appel unique pour proposer des parcours complets aux personnes qui doivent continuer de se rendre sur leur lieu de travail. *(Contact liO TER Occitanie au 0800 31 31 31, du lundi au vendredi de 8h à 19h et le samedi de 9h à 14h, appel et service gratuits).

« La vie ne pourra plus s’organiser à l’identique après le confinement »

”Les outils déployés par notre collectivité, l’anticipation de la question du télétravail et l’agilité des équipes transport dans chaque département ont permis d’agir extrêmement rapidement”, précise Jean-Luc Gibelin, vice-président de la région en charge des transports, et très mobilisé depuis le début de la crise. “Nous avons des points d’étape journaliers et nous pouvons également proposer un accompagnement aux collectivités qui ont peu de moyens, notamment en zone rurale”.

S’il croit en la capacité de la collectivité régionale à faire face à cette crise, le vice-président communiste n’en reste pas moins catégorique quant à l’après. “A n’en pas douter, la vie ne pourra plus s’organiser à l’identique après le confinement, l’argent roi, le profit comme baromètre, la mise en concurrence ne peuvent plus être les axes de la société de demain. La solidarité est une valeur forte, elle montre dans cette période tout son intérêt”.