Rentrée scolaire en Tarn et Garonne, la grande débrouille

IMG_20200509_1437580
Le collège Flamens de Castelsarrasin. Crédit photo: Julien Sueres

Malgré les nombreux cris d’alerte, le gouvernement continue de s’enfoncer dans une gestion calamiteuse de cette crise sanitaire. La “reprise scolaire” envisagée à partir du 11 mai n’échappe pas à la règle, au grand dam des parents d’élèves. “Le flou et les aller-retours du gouvernement créent beaucoup d’inquiétudes », a affirmé Béatrice Malleville, vice-présidente de la FCPE 82 sur CFM Radio. “Les parents ont besoin d’être rassurés”, pas par des discours mais des propositions concrètes a-t-elle insisté.

Côté éducation, on nous envoie au front sans protection” s’offusque Marion, jeune enseignante de physique-chimie dans un collège du département. “Le risque sanitaire est énorme, je n’en dors plus et mon médecin m’a arrêtée. Il a confirmé qu’il est lui aussi très inquiet de la seconde vague qui va arriver” s’inquiète-t-elle. “Dans mon bahut, on ne peut même pas ouvrir les fenêtres, alors qu’il y a 28 fois les mots aérer, aération, ventiler et ventilation dans le protocole”.

Dans les écoles primaires et maternelles, la pression est tout aussi intense pour les directeurs et directrices. “Mes nuits ont beau être de plus en plus courtes, je n’arrive pas à dormir plus de quelques heures pour pouvoir gérer tout ce qui me tombe sur la tête”, avoue la directrice d’une école maternelle de Castelsarrasin. De plus, elle confirme que “les écoles ne pourront pas avoir de moyens humains supplémentaires pour gérer le respect du protocole sanitaire”, alors qu’il faudra à minima faire en sorte que les enfants se lavent les mains 12 fois par jour

Face à cette situation, certains élus locaux ont pris leurs responsabilités et ont annoncé que les écoles de leurs communes ne rouvriront pas dans ces conditions. Une décision de bon sens. L’exercice est évidemment plus compliqué pour les supplétifs du gouvernement dans notre département qui semblent plus préoccupés par les élections départementales de mars prochain que de débloquer les moyens et le personnel nécessaires à cette rentrée…