Montech. Entretien avec Guy Daimé, adjoint au maire en charge des finances

Dans ce contexte de crise sanitaire particulier, et de ton point de vue d’adjoint au maire chargé des finances, quel est ton regard sur cette rentrée ?

Guy Daimé: Cette rentrée va être compliquée pour tout le monde. A l’échelon communal, je pense particulièrement aux écoles et à la restauration scolaire. D’un point de vue purement financier, toutes les conséquences de la crise sanitaire seront tirées à la fin de la pandémie. A des dépenses directes et visibles comme l’achat de masques pour la population, viennent s’ajouter des dépenses de personnel pour la désinfection des écoles, des retards dans la mise en œuvre de projets et les pertes importantes de recettes pour notre camping municipal que le budget principal devra compenser. Si pour l’achat des masques, nous avons eu une subvention de l’Etat de l’ordre de 40% au global, pour le reste, on devra se débrouiller. Le Président de la République avait utilisé l’expression « quel que soit le cout », il n’avait pas dit effectivement pour qui…Mettre en difficulté des collectivités locales aura un effet très négatif à court terme, ce sont elles qui portent l’investissement et donc qui font travailler nombre d’entreprises. 

En rapport avec cela, quelles positions et actions les communistes montechois vont-ils prendre ?

G. D: Au niveau communal, nous soutenons l’action de l’ensemble de l’équipe et du maire. Ce dernier a toujours privilégié les mesures de prévention et de protection (non réouverture en juin de l’école sans garantie complémentaire, fourniture de masques…). Au niveau local, les communistes montéchois vont relayer la campagne nationale sur la gratuité des masques. 

En tant qu’élu communiste de Montech, quels vont être tes préoccupations pour les mois à venir ?
G. D: Montech a grandi rapidement et l’accueil de nouveaux habitants, la construction d’un lycée… génèrent des besoins importants en matière d’infrastructures. Tout est important et urgent mais nous allons devoir prioriser tout ça avec l’équipe municipale. Pour moi, mais je ne suis pas le seul, l’accent doit être mis sur l’aménagement et la sécurisation des voies de déplacement doux. Cela nous interpelle sur le problème plus global des transports et de l’ensemble des modes de déplacement.