Jean-Luc Gibelin interpelle la SNCF sur le maintien de l’emploi cheminot

La défense de l’emploi dans la région au sein du groupe SNCF demeure un combat de tous les instants pour le vice-président chargé des transports en Occitanie. Jean-Luc Gibelin a profité de la tribune offerte à l’occasion de l’assemblée plénière de novembre pour faire un point d’actualité sur la question. L’élu communiste y a dénoncé “certaines décisions au sein du groupe qui ont des conséquences en termes d’emploi dans notre région”.

Il a rappelé le cas de SNCF Voyages et des personnels TGV qui sont en diminution du fait “d’un désengagement territorial”. Il a pointé également la direction de l’entretien du matériel “qui envisage un désengagement du centre chargé des essieux de Nîmes et refuse d’assurer la remise en état des wagons de trains de nuit au technicentre de Béziers”. Sans oublier SNCF Réseau “qui n’a toujours pas dimensionné l’équipe dédiée au plan rail, alors que nous le demandons depuis des années”.

Un constat alarmant, partagé par la présidente et l’ensemble des élus de la majorité régionale alors que la collectivité doit régulièrement interpeller l’opérateur public sur le maintien et le développement de l’emploi cheminot dans la Région, et ce malgré la signature d’une convention avec SNCF TER. “Le maintien de l’emploi opérationnel des cheminotes et cheminots y est acté, à la différence des autres régions du territoire national. Nous avons toujours défendu les moyens humains, indispensables à la qualité du service et à l’égalité entre les territoires”


*Article extrait des Nouvelles de Tarn et Garonne du 16 décembre. Retrouvez l’ensemble des articles et des sujets en vous abonnant au journal.