Castelsarrasin. Un budget 2021 qui ignore la précarité grandissante liée au Covid-19

Le Conseil municipal de Castelsarrasin a adopté hier soir son budget primitif 2021: « un moment essentiel pour la vie de la collectivité » insiste la mairie sur sa page Facebook, « qui acte ses choix politiques et définit la feuille de route pour l’année à venir ». Malheureusement, si l’on peut partager l’importance de bien définir ses orientations budgétaires dans un contexte de crise tel que celui que nous connaissons, force est de constater que c’est un budget 2021 totalement dénué de choix politiques justement…

Côté fonctionnement, le budget, équilibré à 16,6 millions d’€, est « dans la lignée des années précédentes ». La commune « poursuit une gestion rigoureuse de son budget de fonctionnement en recherchant toutes les pistes d’économie possibles, sans dégrader ni remettre en cause la qualité des services offerts aux usagers » a insisté le maire Jean-Philippe Bésiers. Une « prudence budgétaire » nécessaire selon lui « dans un contexte de désengagement de l’État, de réforme et de crise sanitaire sans précédent ». Sur les investissements, équilibré à 10 millions d’€, le budget permet de maintenir « les grands projets 2021 » que sont le pôle enfance-jeunesse, la nouvelle école élémentaire Ducau, ou encore les rénovations et mises aux normes de bâtiments.

Côté politique, c’est le vide total. Comme si notre commune n’avait déjà pas assez de difficultés en matière de logement, d’accès aux soins et d’explosion de la précarité, M. le maire ne juge pas utile de réorienter ses politiques ! Alors que tous les acteurs sociaux et associatifs ainsi que les fédérations de parents d’élèves alertent sur la précarisation croissante des ménages dans notre commune, pour Monsieur Bésiers, c’est Business as Usual

Logement, santé, alimentation, emploi, éducation… la fracture sociale qui frappe notre commune devrait impliquer des choix politiques audacieux et ambitieux dans l’intérêt de tous les castelsarrasinois, notamment cette tranche de population dont plus de 30% vit désormais sous le seuil de pauvreté… Il a beau se targuer d’avoir « stabiliser les taux de fiscalité locale pour ne pas pénaliser les finances des ménages » les plus aisés de notre commune, il n’en reste pas moins que les choix budgétaires 2021, comme les années d’avant, laissent de côté un grand pan de nos concitoyens.


*Article extrait des Nouvelles de Tarn et Garonne. Retrouvez l’ensemble des articles et des sujets en vous abonnant au journalTéléchargez le formulaire d’abonnement à renvoyez avec votre chèque, libellé à l’ordre des Nouvelles de Tarn et Garonne, au 68 rue de la République, 82000 Montauban.