Débats citoyens. Être jeune en Occitanie, c’est bien ?

Photo: capture d’écran du direct sur Facebook

Chaque jeudi, l’Occitanie en commun, la liste menée par la présidente sortante Carole Delga, propose une série de débats avec les citoyens et acteurs du territoire, où chacun est invité à réagir et interagir avec des personnalités régionales. La place de la jeunesse dans notre région est le sujet du premier live thématique diffusé jeudi dernier. Pour répondre à cette question, les invités de l’Occitanie en commun, étudiants, lycéens, enseignants, et membres d’associations, ont échangé avec Kamel Chibli, conseiller régional de l’Arièges et actuel vice-président de la Région Occitanie chargé de l’Éducation, de la Jeunesse et du Sport. L’occasion d’aborder différents points et notamment les sujets d’actualité comme le ressenti des jeunes face à la crise sanitaire et économique actuelle, l’égalité des chances, et leur volonté d’engagement au sein de la société. Kamel Chibli a répondu à leurs questions.

Sébastien Gomez, psychologue, éducateur à l’association 3MTKD : On sait que l’Occitanie sera terre d’accueil pour les Jeux Olympiques. Comment pérenniser l’apport des jeunes qui vont s’impliquer ?

Kamel Chibli: Les jeux sont une opportunité, mais pas une fin en soi. Il faut saisir cette opportunité pour permettre à ces jeunes de préparer les athlètes de demain, mais aussi pour améliorer les infrastructures régionales qui seront utilisées pour les J.O. Cela implique d’investir dans les gymnases et autres qui sont aujourd’hui parfois en situation de précarité. Il s’agit aussi de permettre aux territoires d’être base arrière, de créer des rencontres avec des athlètes internationaux et de permettre un rayonnement national de notre région. Cela peut permettre aussi à des touristes de venir découvrir notre territoire. Je dirais que c’est du trois en un: développer les infrastructures, permettre aux jeunes régionaux de performer et être base arrière.

Tori Philippe, étudiante en techniques de commercialisation – Membre de l’association Les Solibox: Seriez-vous prêt à nous soutenir sur notre projet des « Solibox », notamment en offrant la possibilité de financer des protections hygiéniques pour les étudiants et lycéens ?

Kamel Chibli: Tout d’abord, bravo pour votre engagement au service de la solidarité. La question du volet hygiénique nous apparaît comme une vraie priorité et on peut tout à fait imaginer que pour les années à venir, cela soit une nouvelle opération soutenue par la région. Nous avons lancé la carte jeune et plein d’autres initiatives sur l’accompagnement des jeunes. J’invite les jeunes à nous aider à élaborer une stratégie régionale qui permettra d’accompagner nos 230 000 jeunes lycéens.

Meriem, lycéenne en service civique : Seriez-vous prêts à soutenir les quartiers défavorisés, à donner des aides, car nous en avons vraiment besoin ?

Kamel Chibli : La question des quartiers mériterait une séquence exclusive pour en parler. De manière générale, je connais tout à fait le manque de moyens et la stigmatisation que vivent certains jeunes des quartiers populaires. Pour nous il s’agit de donner la capacité aux associations de pouvoir travailler sur toute la ville et d’être reconnus. C’est une stratégie que l’on porte. Ce qui est important est comment impliquer ces habitants, ces jeunes aux projets de la ville.

Ahmed Bou Saada, directeur de l’école de la seconde chance de Montpellier : J’ai vu que la région s’engage dans une première expérience de gratuité des transports pour les jeunes. Pourrait-on aller vers une gratuité totale pour les jeunes de 16 à 25 ans ?

Kamel Chibli: La question des mobilités est essentielle car elle une des premières sources de discrimination. Les transports en commun, c’est l’accès aux mobilités pour tous, la découverte d’autres territoires. L’expérimentation à un euro est une volonté de tendre vers la gratuité. On a vu qu’avec cette initiative du train à un euro, les trains étaient pleins. Oui, nous avons cette volonté, mais également sur la question de la gratuité des transports scolaires. Tout cela touche au problème du pouvoir d’achat. La mobilité c’est une opportunité de découvrir l’autre, et nous avons cette volonté de la rendre accessible au plus grand nombre.


Retrouvez les débats citoyens de l’Occitanie en commun tous les jeudis soir à 19h sur la page Facebook ou la chaîne Youtube.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par e-mail des nouvelles publications.