Le chef de file des communistes interpelle le Préfet d’Occitanie sur la crise sanitaire

« La gravité de la situation de notre pays face à la pandémie et aux failles de notre système économique qu’elle a soulignées, je souhaite vous faire part de nos inquiétudes mais aussi de nos propositions ». C’est par ces mots graves et solennels que Pierre Lacaze, chef de file des communistes aux élections régionales, a interpellé le Préfet d’Occitanie dans une lettre ouverte ce 18 mars. Un courrier qui rappelle au serviteur de l’Etat tous les doutes et inquiétudes des habitants de notre région « sur la réalité des annonces faites par le gouvernement sur sa capacité à doubler le nombre de personnes à risque vaccinées d’ici deux mois ». Après les difficultés en termes de fourniture de masques, puis de tests, l’élu toulousain s’indigne que notre pays connaisse le même problème avec les vaccins. Depuis le début de la crise, la France compte en effet plus de 90 000 morts du Covid-19, « un terrible tribut payé par notre pays », insiste Pierre Lacaze dans ce courrier.

Malheureusement, il n’est pas possible de jeter tous les torts sur le virus. Pour les communistes, les causes de ce drame sont bien plus profondes. « Les politiques d’austérité ont dégradé considérablement le service public de la santé », insiste l’élu toulousain rappelant « les milliers de fermetures de lits, les millions de salariés mal rémunérés et la casse de notre industrie, notamment celle du médicament ». Pourtant, comme le rappelle Pierre Lacaze à juste titre, « le PCF a porté des propositions réalistes pour la production de masques, de tests, de vaccins, pour un plan d’urgence pour l’hôpital, comme sur les questions industrielles ou celles de la jeunesse et de l’emploi ». Encore la semaine dernière, dans tous les départements de la région, les communistes ont manifesté devant les agences régionales de santé « pour exiger la levée des brevets sur les vaccins afin de les produire en masse sur le territoire ». En vain. Le gouvernement reste droit dans ses bottes ultra-libérales, complétement soumis aux pressions du marché et de la finance.

Le chef de file communiste, allié de Carole Delga pour les élections régionales, enfonce le clou dans la dernière partie de la lettre. « La crise sanitaire s’accompagne d’une aggravation considérable de la crise économique et sociale que connaissait déjà le système capitaliste avec une explosion de la précarité, de la pauvreté et du chômage ». Une crise à laquelle l’Occitanie n’échappe pas, notamment dans les secteurs de l’aéronautique et ses sous-traitants, de la culture, de la restauration, du commerce… « La jeunesse est durement touchée », souligne Pierre Lacaze avant de soumettre au préfet les propositions du PCF. « Nous demandons la convocation d’une conférence régionale pour l’emploi, en lien avec la Région Occitanie, associant l’ensemble des acteurs économiques de nos territoires et les organisations syndicales, afin de travailler à la sortie de crise, au développement de l’emploi et à un véritable plan d’urgence pour la jeunesse et contre la pauvreté ». Sur la santé, les communistes sont également très offensifs et novateurs en termes de propositions en exigeant « l’organisation d’Etats Généraux de la santé, le chiffrage des moyens humains et financiers attribués aux hôpitaux et EHPAD ». En attendant la réponse du Préfet de Région, l’élu communiste promet que le PCF poursuivra sa campagne « Pas de profits sur la pandémie », notamment pour exiger la levée des brevets sur les vaccins et le droit à la vaccination pour tous.

Les vaccins et la levée des brevets, c’est d’ailleurs le sujets du dernier vlog de Fabien Roussel, secrétaire national du parti communiste français.


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par e-mail des nouvelles publications.