Tarn et Garonne. Les parents d’élèves vent-debout contre la carte scolaire

La FCPE 82 est intervenue fortement pour dénoncer la casse du service public de l’éducation en Tarn et Garonne.

Aujourd’hui, le Conseil Départemental de l’Éducation Nationale s’est réuni pour aborder la carte scolaire du second degré. La fédération du Tarn et Garonne des comités de parents d’élèves n’a pas manqué de relayer les inquiétudes des familles de notre département alors que le service public de l’éducation nationale est gravement attaqué. Retrouvez ci-dessous la déclaration de la présidente de la fédération Beatriz Malleville.

« Avec force, la FCPE 82 dénonce une gestion comptable de l’Ecole qui ne tient pas compte des difficultés du territoire, de la population, de la jeunesse Tarn-et-garonnaise !

Un nouveau dogme est né, celui de basculer des moyens du second vers le premier degré. Or, notre département est l’avant dernier de l’académie si l’on regarde l’indicateur appelé H/E, le dernier si l’on observe les résultats des examens de fin de cycle, il possède le bassin de vie le plus socialement en difficulté de la région Occitanie (taux de désemploi, etc.).

De plus, à la rentrée 2020, les lycées avaient bénéficié d’une allocation progressive de moyens, afin de tenir compte de l’indice de position sociale (IPS) des élèves, qui ne sera pas reconduite pour la rentrée 2021. Les vases communicants amènent à basculer des moyens et le recteur a privilégié la prise en compte des élèves d’Ulis dans les effectifs pour la détermination des structures. Pour la FCPE l’école inclusive doit s’attacher à accompagner TOUS les élèves afin de favoriser l’égalité de chances : élèves primo arrivants, en situation de handicap, en difficulté sociale et/ou culturelle, pas de concessions ! Alors, nous posons la question, que fait- on pour que l’école soit réellement INCLUSIVE?

Dans ces conditions, la FCPE 82 dénonce des dotations horaires globales insuffisantes allouées pour l’année 2021-2022 à nos établissements scolaires du second degré.

La baisse des volumes horaires entraînera une dégradation inquiétante des conditions d’études des élèves. Cela est d’autant plus inadmissible que la crise sanitaire que nous traversons creuse les inégalités sociales.

Aujourd’hui, les lycéens sont aussi très fortement touchés par l’enseignement à distance qui perturbe leurs apprentissages. Les lycéens sont soumis à un stress intense par l’obligation qui leur est faite d’assimiler des programmes inchangés, malgré les cours à distance et/ou à mi-temps.

Les besoins sont énormes et urgents, nous constatons chaque jour de plus en plus d’enfants et de jeunes en détresse scolaire, décrochés par le rythme des apprentissages.

De plus, le gel de plusieurs EDS sur notre territoire conforte notre inquiétude. Quid de l’égalité de traitement entre les jeunes scolarisés dans la métropole ou dans les zones rurales ? Quid de la mise en place du transport scolaire qui permettra à chacun de construire une formation en lien avec une orientation choisie ?

Et que dire des heures d’enseignements perdues par manque d’enseignants remplaçants. Nous ne savons toujours pas ce que le gouvernement attend pour remédier à cet état de fait : non seulement il ne met en place aucune politique d’embauche supplémentaire pour pallier ces absences, mais en plus il prévoit une baisse des effectifs des enseignants dans les collèges et lycées l’an prochain. Comment les enseignants pourront-ils avec leurs seules heures supplémentaires remplacer leurs collègues malades, leurs collègues non affectés, et de surcroît combler les retards d’apprentissages des élèves ? Un établissement en manque de personnel, c’est une équipe entière qui priorise et l’accompagnement personnalisé d’enfants en difficultés personnelles comme entre pairs qui en pâtit.

Se rajoute à cela le manque de personnel de santé dans nos établissements scolaires. Car l’urgence est dans l’accompagnement, dans la réparation, dans la perspective de la reconstruction.

La FCPE 82 dénonce cet état de fait depuis des mois et demande au ministère, pour l’avenir de nos enfants, d’engager des personnels pour pallier ces dysfonctionnements !!!

L’avenir de nos enfants est en jeu, ils vont devoir surmonter cette crise sanitaire et construire l’avenir de notre pays. Ils ont besoin pour cela d’être accompagnés par tous les acteurs de l’École publique…absolument tous.

La FCPE 82 exige de vraies embauches pour l’École ! »


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par e-mail des nouvelles publications.