Transition écologique. Concilier urgences climatiques et justice sociale

Les débats citoyens de « L’Occitanie en Commun », la liste menée par la présidente sortante Carole Delga, se poursuivent chaque semaine. Le deuxième direct organisé jeudi dernier était consacré à la transition écologique. L’occasion pour Agnès Langevine, vice-présidente du conseil régional en charge de la transition écologique, de répondre à plusieurs questions.

Comment fait-on pour aller plus loin dans cette transition ?

Agnès Langevine : Tout d’abord nous avons un cap fixé avec Carole Delga et sa majorité, de devenir la première région à énergie positive et ensuite d’embarquer tous les acteurs, associatifs, entreprises, collectivités et citoyens

C’est une question de volontarisme, de financement, de moyens ?

A.L : Les trois, en fait la question c’est comment fait-on pour co-construire ? Car il faut à la fois répondre aux urgences climatiques, et concilier avec d’autres enjeux, notamment de justice sociale, et puis il faut convaincre. Et pour cela, il faut être dans des solutions extrêmement concrètes. Donc Agir, et faire avec.

Pour accélérer la transition, est-ce que la région prévoit des incitations pour les entreprises alors que ce n’est pas toujours leur Cœur de métier ?

A.L : Oui bien sûr, l’entreprise est un milieu ou la prise de conscience est cours, c’est aussi un lieu de projets qui reposent sur la biodiversité. Nous avons à valoriser les entreprises qui s’engagent. C’est pourquoi jusqu’au 31 mars nous avons les trophées de la biodiversité ciblé sur le monde des entreprises. Je les invite à dé »poser sur la région citoyenne.fr leurs projets pour pouvoir, montrer l’exemple, voire essaimer ce qu’ils ont fait, mais aussi leur remettre un prix pour leur action et les encourager.

Beaucoup d’aides sont désormais conditionnées aux critères économiques écologiques ?

A.L : Tout à fait. Il y a ce qu’on appelle la conditionnalité réglementaire, mais il y a aussi de l’incitatif. C’est souvent avec le volet RSE qu’on permet aux entreprises de se saisir de ces enjeux. Puis, il y a des mises en lien entre entreprises en termes d’engagement, entre les salariés d’une entreprise et des initiatives de protection de la biodiversité.

Comment pérenniser l’élan post COP-21 ? C’est-à-dire qu’on a eu une prise de conscience forte, mais avec cette crise, comment éviter la perte de vitesse et comment irriguer nos territoires ?

A.L : Effectivement la crise sanitaire avec tous ses impacts sociaux et économiques peut donner l’impression d’une forme de repli et de ralentissement. Pour autant nous savons que la crise sanitaire est aussi la conséquence d’une crise écologique majeure. Jeu pense que nos concitoyens ont fait ce lien. Cet Élan on le retrouve au travers de la loi climat et résilience qui est cette traduction de la convention citoyenne nationale. On le retrouve aussi dans les propositions qui ont été faites dans la convention citoyenne Occitanie. Il y a cette mobilisation qui émerge malgré le contexte et qui montre que les citoyens attendent des réponses à la hauteur de la crise écologique et climatique.


Retrouvez les débats citoyens de l’Occitanie en commun tous les jeudis soir à 19h sur la page Facebook ou la chaîne Youtube.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par e-mail des nouvelles publications.