Carole Delga: « Aucun habitant ne doit vivre à plus de 15 minutes d’un professionnel de santé »

La crise l’a révélé, il faut une nouvelle organisation de la santé dans notre pays et la Région a démontré qu’elle peut être un bon échelon pour agir. Il existe des solutions et leur mise en œuvre sera la priorité du prochain mandat de Carole Delga et de sa majorité. Il s’agira de construire un système de santé territorial décentralisé, fort, en adéquation avec les besoins territoriaux, pour une offre de soin protectrice et proche des habitants. Un réseau régional de médecine de ville en mesure d’apporter toute la complémentarité nécessaire aujourd’hui au service public hospitalier, qui lui, reste une compétence de l’État. Surtout, ce réseau devra répondre au problème grandissant de désertification médicale, créé par un système de médecine de ville libérale à bout de souffle comme n’a eu de cesse de le répéter Marie Piqué depuis le début du mandat.

L’axe principal de cette stratégie sera d’agir sur une problématique récurrente : la difficulté pour obtenir un rendez-vous médical. Pour la Présidente Delga l’objectif est clair : « aucun habitant d’Occitanie ne doit vivre à plus de 15 minutes d’un professionnel de santé » . Pour cela, plusieurs mesures majeures seront mises en place.

L’installation de 200 médecins salariés et infirmiers dans ce qu’on appelle désormais des «Territoires à Médicaliser d’Urgence ». Il en existe 47 au total en Occitanie, où l’accès aux soins est particulièrement difficile. En partenariat avec les territoires, l’Agence régionale de santé et la Caisse primaire d’assurance maladie, la Région financera une structure permettant l’installation et la rémunération de ces médecins et infirmiers. Afin de sensibiliser les étudiants dès leurs premières années d’études, des stages dans ces territoires seront amplifiés avec les facultés de médecine.

Le conseil régional va poursuivre et amplifier son soutien à la construction de maisons et centres de santé avec l’objectif affiché d’en faire émerger 150 de plus qui viendront compléter les 308 structures déjà existantes, et dont la moitié ont été financées en partie par la Région. La mise en place d’un réseau régional des maisons et centres de santé garantira la cohérence territoriale pour la prise en charge des patients.

Enfin, la région, compétente en matière de formations sanitaires et sociales, ambitionne de créer 3000 places supplémentaires, dont les 2/3 seront fléchées pour les territoires hors métropoles. L’objectif de porter à 14500 le nombre de place dans la région pourrait être atteint d’ici 2026.


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par e-mail des nouvelles publications.