Pierre Lacaze, chef de file du PCF Occitanie: « Face à l’extrême-droite, il faut voter Carole Delga dès le 1er tour »

Le PCF a choisi de repartir avec Carole Delga pour le scrutin des 20 et 27 juin. « C’est la volonté des 5 000 adhérents du PCF en Occitanie, dont plus de 3 000 ont voté pour un rassemblement avec le PS, le PRG et des personnalités de gauche écologistes » a expliqué Pierre Lacaze dans un entretien au journal La Marseillaise.

Les communistes sont depuis 6 ans dans la majorité régionale qui rassemblait toute la gauche et considèrent que les politiques menées sont bonnes, même si elles peuvent être améliorer dans ce contexte de crise. « LFI et EELV ont refusé la main tendue, ils ont choisi la division », souligne le conseiller municipal toulousain et chef de file des communistes aux Régionales en Occitanie. « Les communistes ont choisi l’unité pour être utile aux gens et conserver la région à gauche. Notre ambition en Occitanie est d’arriver en tête et faire reculer le Rassemblement national. On l’annonce fort aux Régionales et on nous vend un duel Macron-Le Pen en 2022. On ne veut pas de ce scénario. Pour éloigner le danger de l’extrême droite, il faut voter Carole Delga dès le 1er tour ».

LFI et EELV ont refusé la main tendue, ils ont choisi la division

Pierre Lacaze, chef de file du PCF

Mais peut-on dire que le PCF est désormais plus proche du PS que de LFI ou de EELV ? Pierre Lacaze insiste, « LFI et EELV faisaient partie de la majorité régionale et ont choisi la division. Cette stratégie des Verts est très contestée chez eux. De nombreux élus et personnalités comme José Bové appellent à voter Carole Delga ». Chez les Insoumis et le NPA, beaucoup avaient soutenus le rassemblement en 2015 et pour l’élu toulousain, « la gauche a besoin d’unité, il faut des listes de rassemblement ». En Occitanie, le PCF semble donc plus proche de ceux qui soutiennent la majorité régionale que d’EELV et du NPA-LFI. Surtout, « ils ne veulent pas de la victoire de la droite ou de l’extrême droite. Beaucoup de citoyens ne comprennent pas leur stratégie de division quand on voit que le RN l’a emporté à Perpignan ».

Une conférence régionale permanente pour l’emploi

Et puis, il y a aussi le bilan et les gros projets à venir. Pour Pierre Lacaze, il y a une certaine satisfaction, notamment avec les aides au pouvoir d’achat pour les lycéens, énumérant « les ordinateurs portables, les tarifs sociaux des cantines, le TER à un euro, l’investissement de 800 ME sur les mobilités pour la rénovation des lignes ferroviaires, la défense des services publics ou le soutien aux centres de santé ». Pour le dirigeant communiste, dans cette période où depuis l’arrivée de Macron, les collectivités ont été privées de moyens, « la crise a montré qu’on avait besoin de solidarité ».

Saluant la création d’une agence d’investissement par Carole Delga, le communiste avance aussi des propositions. « On est unis sur l’emploi en refusant les licenciements, en soutenant l’industrie tout en nous battant pour l’environnement, mais à l’avenir le PCF veut une conférence régionale permanente pour l’emploi. On veut travailler sur une régie de l’eau pour en finir avec les grands groupes privés. On souhaite des syndicats mixtes des transports, type RATP. Et il faut continuer à construire des lycées pour développer l’égalité des chances ».


Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par e-mail des nouvelles publications.