Carole Delga: « Rassembler autour de valeurs positives »

« Je sais le moment difficile que traverse notre pays. Les crises sanitaire, économique, sociale, écologique, démocratique, divisent profondément les Français et entament leur confiance ». Réélue à près de 58% des voix, et disposant d’une majorité renforcée (109 élus sur 158), la présidente Carole Delga a préféré tracer d’emblée la feuille de route de ce septennat qui s’ouvre au conseil régional. « Nous devons relever le défi de la crise sanitaire sans crash économique et le défi de la pauvreté qui augmente tout en restaurant le lien de confiance entre les citoyens et les élus. C’est un travail de longue haleine ». Attaquée personnellement à maintes reprises au cours du dernier mandat, elle n’a pas oublié de rappeler l’importance du combat contre les idées rances de l’extrême-droite. « Nous savons ici, et l’Histoire le démontre, que la peur, la haine de l’autre, la violence dans le débat politique, n’augurent rien de bon à court terme. Oui, il est plus que temps de réagir ».

En ce sens, Carole Delga entend s’appuyer sur le résultat obtenu par la liste Occitanie en Commun et « rassembler autour de valeurs positives : le progrès, la justice sociale, la solidarité, l’écologie, l’innovation et la fraternité ». L’élue socialiste en est persuadée, la région est le bon échelon pour « changer la vie de nos concitoyens et bâtir un modèle de société, plus juste, plus durable ». L’objectif fixé aux nouveaux élus est clair. « L’Occitanie a une conviction forte : celle qu’un gamin de Montpellier ou d’Auzat, celle d’une petite fille de Toulouse ou Pompignan, doit pouvoir avoir une place dans notre société, quel que soit son origine sociale, territoriale, sa couleur de peau ou sa religion ». L’éducation sera une priorité, avec la gratuité des manuels scolaires, l’ordinateur pour chaque lycéen, ou la gratuité des transports scolaires. Tout comme « concilier économie et écologie », en formant aux métiers verts de demain par le revenu écologique jeune, en accompagnant de nouvelles filières, l’éco-construction, l’hydrogène, l’éolien en mer ou les transports du futur.

Forte préoccupation des habitants, l’accès aux soins avec la mise en place de la santé du quart d’heure, le soutien aux maisons et centres de santé, et le recrutement de 200 médecins pour combattre les déserts médicaux. La région entend également s’investir auprès des communes pour la sécurité de proximité, et contribuer concrètement « à cette sécurité républicaine souhaitée par nos concitoyens ». En annonçant la gratuité des trains pour les moins de 26 ans, la gratuité des transports scolaires, la réouverture de petites lignes ferroviaires et l’accélération des deux lignes à grande vitesse ou le développement du vélo, la région veut contribuer concrètement au droit à la mobilité pour tous. Enfin, par la re-localisation et la ré-industrialisation, cette nouvelle majorité souhaite rétablir « la souveraineté économique, sanitaire, énergétique et alimentaire dont le pays a tant besoin ». Pas d’auto-satisfécit donc pour ce 1er discours d’assemblée plénière. Plutôt une invitation au travail, « le premier des courages en politique est de tenir parole, voilà ce sur quoi nous nous sommes engagés » a conclut la présidente vendredi dernier à Montpellier suite à sa réélection.


Article extrait du dernier numéro des Nouvelles de Tarn et Garonne. Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par e-mail des dernières publications.