Napoléon à Montauban: un hommage controversé

Une bien sinistre commémoration. Le Tarn-et-Garonne a fêté l’anniversaire de sa création par Napoléon ce 4 novembre. Une date, certes symbolique, mais pas autant que cette idée saugrenue d’inaugurer officiellement une statue à l’effigie de l’empereur. Dans le petit square accolé à l’Ancien collège, la sculpture en bronze d’un mètre de haut, dévoilée devant près de 300 personnes, envoie pour le moins un signal très inquiétant pour notre démocratie.

Bien sûr, les officiels, dont José Gonzalez, vice-président du conseil départemental de Tarn-et-Garonne, ont rappelé que « désormais, l’empereur redevient incontournable dans une ville qu’il a marquée de son empreinte ». Mais, « à qui exactement rendre hommage », s’interroge Maryse. D dans un article des Nouvelles 82.

Une question à laquelle Axel de Labriolle, maire de Montauban, a répondu lors de l’inauguration. « Il s’agit ici d’une inauguration qui doit être l’occasion de revisiter notre passé national, sans polémique inutile, autant qu’artificielle ». Une réponse qui peine à expliquer l’absence de certaines figures locales, indignées, de la Société des Membres de la Légion d’Honneur de Tarn et Garonne. « Notre association a pour but notamment de transmettre les valeurs de la République aux jeunes générations », a rappelé Joëlle Gréder, figure communiste du département, médaillée et membre de l’association. « Quels messages envoie-t-on quand on élève une statue à celui qui a rétabli l’esclavage, à celui qui a mené des guerres impériales qui ont fait des milliers de morts, à celui qui a écrit un Code Civil très misogyne dont nous, les femmes, subissons encore les conséquences », a-t-elle interrogé dans les colonnes de La Dépêche du Midi.

Et c’est dans un bel exemple de débat démocratique que Philippe Bon, Président de l’association, a décidé de lui répondre via le Petit Journal. « Quant aux critiques portées à l’encontre de l’action de Napoléon, nous ne les connaissons que trop car elles reviennent systématiquement de la part des porteurs de votre sensibilité politique. Nous n’avons pas de leçons de morale à recevoir des héritiers du stalinisme. Souvenez-vous de l’Holodomor ! ». Une façon de clore le débat, tout à l’image de l’empereur lorsqu’il déclarait :« Si je lâche la bride à la presse, je ne resterai pas trois mois au pouvoir »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s